levoyageur

Les Médiévales de Provins les 12 et 13 juin 2010 - Actualités voyages - Evènements

Bookmark and Share

Autour du thème des Jeux, Contes et Légendes, Provins vous invite à revivre l'ambiance festive des célèbres foires de Champagne.


Les Médiévales de Provins les 12 et 13 juin 2010

JEUX, CONTES & LÉGENDES


Cour du roi Arthur et les chevaliers de la table ronde
Reconstitutions historiques et campements avec plus de 120 artisans
Expositions (Merlin l'enchanteur, quête du Graal, légendes de Brocéliande)
Ateliers et jeux pour enfants
Elfes, farfadets, trolls, lutins et bestiaire médiéval
Taverniers et spécialités médiévales
Amuseurs de foule, conteurs musiciens, saltimbanques


Profitez de votre journée pour assister à des spectacles historiques et pour visiter les monuments de Provins

La légende des chevaliers. Spectacle de chevalerie fantastique
Les aigles des remparts. Spectacle de fauconnerie
Arkhangaï, les cavaliers des steppes. Evadez-vous avec les cavaliers nomades de Mongolie...
Le son et lumière

Provins, Patrimoine Mondial, Provins, ville de foire médiévale inscrite sur la liste du Patrimoine Mondial de l'Humanité par l'Unesco le 13 décembre 2001

Sur les anciennes terres des Comtes de Champagne, Provins se trouve, dès l'An 1000, au carrefour des routes du commerce européen. La ville devient peu à peu une place commerciale de premier ordre. Aux XII et XIIIe siècles, Provins atteint son apogée avec les célèbres Foires de Champagne.
Le plan urbain est conçu pour accueillir les nombreux marchands : des rues larges pour le passage des convois et pour l'emplacement des étals, les maisons de marchands à 3 étages avec de somptueuses salles voûtées... La présence de l'eau (le Durteint et la Voulzie) favorise également l'activité économique et le développement des métiers tels que les drapiers, parcheminiers, bouchers, etc. Les imposants remparts, véritables florilèges de formes, sont construits au cours du XIIIe siècle dans le but de protéger les hommes et les richesses, mais aussi de montrer la puissance des comtes. Cette enceinte faisait alors 5 km !
Huit siècles plus tard, l'ensemble urbain de Provins reste le témoin le plus authentique de l'histoire médiévale des XIe au XIIIe siècles. Son patrimoine architectural bâti illustre une période fondatrice de l'histoire occidentale liée à l'essor des échanges économiques et culturels en Europe. La ville possède 58 monuments historiques classés ou inscrits, véritable conservatoire de l'architecture militaire, civile et religieuse.
Ainsi, Provins est inscrit sur la liste du Patrimoine Mondial de l'UNESCO depuis décembre 2001.

DECOUVRIR PROVINS


La Tour César


On a longtemps cru jusqu'au XVIIIe siècle que le donjon était une réalisation de l'époque romaine, d'où son surnom de “César”. En réalité, le bâtiment est construit entre 1152 et 1181 sous le règne du comte Henri le Libéral. Implantée à l'extrémité de l'éperon rocheux, elle protège l'ancien Palais comtal et domine le Val. Monument massif, puissant et impressionnant, il impose le pouvoir des comtes à la vue de tous. La Tour César est le monument symbole de Provins. Partant d'une base carrée, le donjon s'achève sur une forme octogonale, flanquée de quatre tourelles d'angle : ce type de construction est unique en France, ce qui démontre encore une fois la volonté des comtes de Champagne de montrer leur puissance et leur richesse !

Les souterrains


Appelée aussi Maison de Saint-Quiriace ou “Forcadas”, son architecture compte parmi les plus soignées de Provins. Elle se compose de trois niveaux : une salle basse voûtée, un rez-de-chaussée également voûté et un étage éclairé par des fenêtres à meneaux.
Cette demeure était louée pour le commerce par les chanoines de Saint-Quiriace auxquels elle appartenait.
Marché couvert pendant les foires jusqu'au XIIIe siècle, l'édifice servit d'entrepôt pour la dîme à partir du XVe siècle, d'où son nom actuel.
Aujourd'hui, la Grange aux dîmes présente une mise en scène sur le thème “Provins au temps des Foires de Champagne” avec des reconstitutions de scènes de marchands et de corporations de métiers de l'époque. Visite audio guidée en français, anglais, allemand, chinois, espagnol.
Provins possède des réseaux de souterrains d'une importance exceptionnelle, riches par leur qualité et leur diversité. On peut visiter aujourd'hui la partie communale qui se situe sous l'Hôtel-Dieu et sous la rue Saint-Thibault.
Tout d'abord, il est certain que ces galeries étaient des carrières exploitées pour extraire la “terre à foulon”.
Cette terre à foulon était utilisée pour le nettoyage de la laine. L'industrie drapière étant extrêmement productive à Provins au Moyen Âge, on peut en déduire que les besoins des foulons étaient en proportion. Une fois ces cavités réalisées, les hommes ont pu utiliser les lieux de diverses manières : refuge, entrepôt, cave, et lieu de réunion de sociétés secrètes. De nombreux graffiti attestent de la présence de compagnons et francsmaçons.

La Grange aux dîmes


Appelée aussi Maison de Saint-Quiriace ou “Forcadas”, son architecture compte parmi les plus soignées de Provins. Elle se compose de trois niveaux : une salle basse voûtée, un rez-de-chaussée également voûté et un étage éclairé par des fenêtres à meneaux.
Cette demeure était louée pour le commerce par les chanoines de Saint-Quiriace auxquels elle appartenait.
Marché couvert pendant les foires jusqu'au XIIIe siècle, l'édifice servit d'entrepôt pour la dîme à partir du XVe siècle, d'où son nom actuel.
Aujourd'hui, la Grange aux dîmes présente une mise en scène sur le thème “Provins au temps des Foires de Champagne” avec des reconstitutions de scènes de marchands et de corporations de métiers de l'époque. Visite audio guidée en français, anglais, allemand, chinois, espagnol.

Le Musée de Provins et du Provinois : la Maison romane


La Maison romane est le plus ancien exemple des maisons de pierre de Provins. La façade, qui remonte au XIIe siècle, présente de superbes fenêtres romanes. Cet édifice se trouvait au centre du quartier juif et a été assimilé à la Synagogue.
Cette maison abrite aujourd'hui le musée municipal.
Les collections sont liées à l'Histoire de Provins et de ses environs. Le rez-de-chaussée est consacré à la céramique du néolithique au XIXe siècle et aux oeuvres d'art de la Renaissance au XIXe siècle ; le sous-sol présente de magnifiques oeuvres lapidaires (sculptures grécoromaines et médiévales, sarcophages mérovingiens, plaques funéraires) ; au 1er étage sont exposées des oeuvres d'art ou de curiosités de toutes époques (bouches à eau du XIIe siècle, collection de clés et de serrures, objets maçonniques) ; enfin le 2e étage est consacré à l'art religieux (calices, reliquaires, statues, icône et l'exceptionnelle chasuble de saint Edme du XIIe siècle).

Les Remparts


Provins possède l'une des enceintes fortifiées les plus imposantes de France au Moyen Âge : 5 km de remparts scandés de multiples tours. Il en reste aujourd'hui 1200 mètres autour de la ville haute. Au cours des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles, le reste des remparts a partiellement disparu, mais on en imagine encore facilement le tracé grâce aux Allées d'Aligre.
C'est le comte de Champagne Thibaud IV qui, de 1226 à 1236, fait bâtir cette impressionnante muraille de plus de 25 mètres de hauteur, achevée par le roi Philippe Le Bel au tournant des XIIIe et XIVe siècles (Porte de Jouy).
Le comte Thibaud a vu grand afin d'accueillir et de protéger les habitants et les très nombreux marchands !
Les bâtisseurs ont pu également profiter de la richesse des comtes pour faire preuve de leur savoir en épuisant ici toutes les formes possibles de tours : rondes, rectangulaires, en amande, octogonales, hexagonales, trapézoïdales, etc.

Autres trésors de Provins


La collégiale Saint-Quiriace
Eglise Saint-Ayoul
Eglise Sainte-Croix
Le Fonds ancien de la bibliothèque de Provins

Article mis en ligne le 24/05/2010 (lu 2297 - catégorie : Evènements) - Imprimer cette news

Toute reproduction, totale ou partielle, de cet article est strictement interdite