levoyageur

Le tourisme et la guerre en Iraq - Actualités voyages - Evènements

Bookmark and Share

La guerre en Iraq freine la croissance du tourisme mais ne provoquera pas d'effondrement de l'activité.


Madrid, 24 mars 2003. - D'après le Secrétaire général de l'Organisation mondiale du tourisme (OMT), M. Francesco Frangialli, le tourisme international a assez d'élasticité pour connaître une reprise relativement rapide si la guerre en Iraq ne se prolonge pas. " Si le conflit est court et limité, il n'est pas exclu que la reprise ait lieu dès le second semestre ", écrit-il dans une lettre datée du 20 mars aux membres de l'OMT.

L'incertitude causée par les préparatifs de guerre a déjà eu un effet négatif en suscitant la crainte, en freinant les réservations et en retardant les programmes d'investissement. " Nous aurions préféré autre chose que la pire des solutions : la guerre, mais il y a deux raisons puissantes de conserver une espérance raisonnable concernant la reprise du secteur. " La première est que, facteur de stabilisation et de redémarrage, le tourisme n'a jamais connu de dépression profonde et durable. " Il a toujours rebondi, et toujours rapidement."

" La seconde raison est que le tourisme est toujours sorti des périodes de turbulences en bien meilleur état qu'il n'y était entré. " Les crises économique et financière de l'Asie-Pacifique et de la Russie en 1997-1998 en ont été une claire illustration. " Ces destinations en sont ressorties plus fortes et mieux engagées sur la voie d'un développement durable. "

Organisation Mondiale du Tourisme

Article mis en ligne le 08/04/2003 (lu 1818 - catégorie : Evènements) - Imprimer cette news

Toute reproduction, totale ou partielle, de cet article est strictement interdite