levoyageur

Histoire de Las Vegas, seconde partie - Actualités voyages - Tourisme

Bookmark and Share

L'histoire de Las Vegas, la capitale mondiale du jeu, à partir de 1947 jusqu'à l'apparition des grands complexes toujours plus raffinés et opulents


1947 : Benjamin « Bugsy » Siegel, le propriétaire du Flamingo, à l'époque le plus fastueux casino du Strip de Vegas, meurt dans une fusillade dans sa villa de Hollywood. Son empire s'écroule alors, la gestion hasardeuse de l'établissement ayant déjà entraîné des pertes colossales.

Las Vegas, nouvelle Sicilie


Assassinat de Siegel, conflits mafieux, règlements de compte sanglants, les années d'après-guerre furent aux Etats-Unis et à fortiori à Las Vegas d'une violence sans égale. Un rapport mené par deux sénateurs locaux alerte même les autorités quant au crime organisé régnant en maître à Las Vegas.
Dès 1948, Meyer Suchomlanski, dit Meyer Lanski, prend la relève idéologique de son ami Siegel, partageant non seulement un passé pour le moins trouble mais aussi les mêmes appétits de grandeur et de décadence. Surnommé « Mastermind of the Mob » (le cerveau de la Mafia), trésorier du Syndicat National du Crime et associé notamment de Lucky Luciano, Meyer Lanski est un des noms les plus célèbres de l'histoire de Las Vegas.
Ses acolytes et lui participèrent entre 1947 et 1960 à l'édification de casinos aussi célèbres que le Sahara, le Tropicana, le Riviera, le Fremont et bien d'autres. Les résultats ne se font pas attendre. En 1954, plus de 8 millions de visiteurs s'adonnent déjà aux jeux d'argent dans un Las Vegas certes gangréné par la mafia, mais proposant déjà une vie nocturne trépidante et une atmosphère frénétique sans égale aux Etats-Unis et dans le monde.

1960 : naissance du Las Vegas moderne


L'histoire de Las Vegas est jalonnée de personnalités marquantes, qui ont modelé le Las Vegas d'aujourd'hui. Bugsy Siegel en est une, Howard Hugues en est une autre. En 1966, cet homme, millionnaire et héros de l'industrie aéronautique s'installe à Vegas avec pour ambition de se construire un empire immobilier à Las Vegas. Celui que l'on estimait être « l'homme le plus puissant du monde » rachète des centaines de propriétés de luxe ainsi qu'une série de casinos, dont le Desert Inn. Il rénove et modernise ces établissements afin de rendre ses lettres de noblesse à la ville de Vegas. Ceci attire les stars du cinéma et de la musique à Las Vegas, se produisant lors de shows grandioses ; les stars, plus que les casinos, attirent maintenant les visiteurs dans le Nevada, à Las Vegas ou Reno.

Ainsi, l'essor économique de la ville, devenant l'une des plus dynamiques d'Amérique du Nord, la déségrégation donnant les mêmes droits aux noirs qu'aux blancs, l'arrivée de mécènes tels Howard Hugues, l'extinction progressive de l'influence mafieuse, tout ceci entraine à Las Vegas un boom démographique : en moyenne la population double tous les dix ans dans cette moitié du XXème siècle. Et à l'instar des villes nouvelles américaines, les quartiers résidentiels s'étendent sur des dizaines de kilomètres dans le comté de Clark, loin du cœur de Las Vegas et de son Strip.

L'ère des complexes à l'américaine


Troisième figure marquante de Las Vegas : l'entrepreneur américain Steve Wynn, de son vrai nom Stephen Alan Weinberg, né en 1942. Ayant précédemment fait fortune en restaurant notamment le fameux Golden Nugget de Vegas et son pendant d'Atlantic City, il lance la mode des super complexes hôtels – casinos en 1989 avec la construction du Mirage. Le Mirage, fort de plus de 3000 chambres, est le premier casino financé par Wall Street et mène à un développement toujours aussi rapide et sauvage du Strip de Las Vegas. Il ouvre ainsi la voie à l'érection de complexes toujours plus immenses raffinés et opulents : dans les années 1990 sont fondés le Rio, l'Excalibur, le MGM Grand, le Luxor, Monte Carlo, le New York New York et le Bellagio… quelques casinos parmi tant d'autres…



Source : CasinoTop10 France

Article mis en ligne le 22/11/2009 (lu 3402 - catégorie : Tourisme) - Imprimer cette news

Toute reproduction, totale ou partielle, de cet article est strictement interdite