levoyageur

Carnet de voyage et habitation, comment sont les maisons des habitants sur l'île de la Réunion - Actualités voyages - Présentations

Bookmark and Share

L'ile de la Réunion a plus d'un tour dans son sac en matière d'attractions touristiques. En effet, elle dispose d'une culture diversifiée, issue d'un melting-pot de peuples venus immigrer sur l'île au fil des siècles


Carnet de voyage et habitation, comment sont les maisons des habitants sur l'île de la Réunion

Elle constitue également un véritable sanctuaire de la biodiversité, de par ses spécimens endémiques. Enfin, cette île abonde de somptueux édifices témoignant de l'ère coloniale et des premières migrations.

Dans ce sens, elle fascine par ses multitudes maisons bâties dans une architecture originale. Ainsi, comment sont exactement les maisons typiquement réunionnaises ?


Les maisons dites "primitives"


Ces dernières constituent les premières habitations sur l'île de la Réunion et datent du début du peuplement de l'île au début du XVIIe siècle.

Elles sont faites à partir des principaux matériaux existants sur l'île comme le vacoa, le latanier ou bien le bambou. Ces habitats plus ou moins archaïques abritent uniquement une ou deux pièces.


- La hutte

Les premiers arrivants sur l'île confectionnaient leurs habitats à partir de paille et en forme rectangulaire. Il s'agit là d'un abri simple, facile à construire. En outre, il permettait de se protéger de la pluie ou du vent.

Une telle habitation existe encore aujourd'hui à la Réunion, surtout dans quelques villages plus reculés. De nos jours, elle constitue en particulier l'habitat des pêcheurs.


- La paillotte

Au même titre que les huttes, les paillottes constituaient également l'habitat des premiers résidents de l'île. Comme son nom l'indique, il s'agit d'une habitation en forme rectangulaire et dont la toiture est en paille, tandis que le mur est en bois.

A l'origine, ce type de maison fut l'habitat des colons, des esclaves déportés ainsi que des exilés. Tour à tour, il devient l'archétype d'habitat des personnes modestes et puis des foyers aux revenus très limités.

En temps actuel, cet habitat est en voie de disparition sur l'île. Il faut alors se rendre à Mafate pour en voir quelques modèles.


- La maison en madriers empilés

Il s'agit d'une sorte de cabane en bois couché et n'est composé que d'une seule pièce, à l'instar des deux modèles évoqués ci-dessus. Ce type de maison est démontable. Ce qui facilite sa mise en oeuvre. Durant l'époque coloniale, il s'agissait d'une des maisons de planteurs de café. Actuellement, c'est la demeure des personnes de classe moyenne.


Les habitats simples mais sophistiqués


Au fur et à mesure où la civilisation se développe sur l'île de la Réunion, l'architecture évolue également.

D'autant plus que les nouveaux arrivants tentent d'apporter leurs savoir-faire en matière architecturale. Ainsi, ils décident d'améliorer le plus que possible l'aspect des habitats.


- La case créole

La case créole est sans doute l'une des architectures les plus marquantes de l'île de la Réunion.

Il s'agit d'une maison plate et conçue pour apporter un total confort thermique à l'occupant. Elle a un aspect rectangulaire, est dotée d'une façade et est équipée de plusieurs ouvertures afin de faciliter la circulation de l'air.

La large toiture, qu'on appelle lambrequin, est disposée en quatre versants et vise à protéger des rafales de vent ainsi que des rayons du soleil.

Pour éviter l'infiltration des eaux en cas d'orage, les murs des maisons créoles réunionnaises sont couverts de bardeaux.

Ce sont là des lattes en bois qu'on dispose sur le mur à l'instar des tuiles. Par ailleurs, une case créole réunionnaise digne de ce nom doit comporter un jardin à proximité.

De par son climat et son taux d'ensoleillement élevé, la case créole est le type d'habitat le mieux prisé sur l'île.

En cas de défaillance dans la structure de la maison, les habitants n'hésitent pas à contacter des spécialistes de la rénovation énergétique à la Réunion. Cela aidera davantage la demeure à stabiliser et maintenir sa performance énergétique.


- La case Tomi

La case Tomi est une version modernisée de la case créole traditionnelle. Elle tire son nom de l'entrepreneur qui a conçu le concept. C'est une case en rez-de-chaussée, dont le toit est disposé en 4 pans et dont l'ossature bois est commandée en usine.

Cet habitat modeste mais très économique a été lancé à partir des années 60. Il permet aux réunionnais d'accéder à l'aisance thermique tout en épargnant sur la facture d'énergie.


- La case SATEC

Cette variété de case réunionnaise tire son nom d'une entreprise, la Société d'aide technique et de corporation. C'est une demeure en rez-de-chaussée et disposant d'une toiture terrasse inclinée.

Elle est dotée d'une vaste varangue qui ajoute un peu de design à son aspect. Ses murs sont faits de béton solide. Toutefois, on reproche à ce type de maison le peu de performance énergétique qu'elle procure.

En effet et contrairement à la case Tomi, cette maison protège peu ses occupants des vagues de chaleur, en été.

Article mis en ligne le 26/08/2021 (lu 129 - catégorie : Présentations) - Imprimer cette news

Toute reproduction, totale ou partielle, de cet article est strictement interdite